M. le Bourgmestre,

En décembre, la Ville a développé un nouvel outil de signalement intégrée dans l’application “Liège en Poche”. L’idée est simple : signaler, en quelques clics seulement, les incivilités, nuisances ou défauts de voirie. On peut y joindre des photos pour étayer la demande, ce qui est en substance ce qui vous était réclamé lors de la législature précédente avec BetterStreet ou FixMyStreet.

Les signalements traités sont directement intégrés dans un nouveau logiciel interne de gestion des travaux pour un traitement rapide et optimal des dossiers. Le citoyen peut alors suivre l’évolution du traitement depuis son espace e-guichet et être tenu informé de la solution mise en place.

Le formulaire mentionne clairement que la ville de Liège prendra en charge la demande et tiendra informé du traitement.

Après un mois d’exploitation, les retours sont mitigés. Alors que certains saluent l’efficacité de la plateforme pour signaler les dépôts clandestins, d’autres se sont vu opposer une fin de non-recevoir pour tous les signalements d’éclairage public ou de nuisances qui ne dépendent pas de la ville mais du SPW ou de la Police, alors même qu’ils sont visibles dans l’espace urbain.

Nos question sont les suivantes :

Si les citoyens peuvent comprendre que tous les signalements ne peuvent être résolus par la ville, ne pourrait-on pas néanmoins :

  • Transférer la demande vers le service capable de le régler (comme cela se fait lors des signalements par téléphone) ;
  • Améliorer la formulation de la réponse au citoyen en notifiant le transfert ?
  • Rencontrer les services le plus souvent impliqués (RESA, SPW, Police) pour mettre en place des API de transferts automatiques de signalements ?

Merci d’avance pour vos réponses.

Eléna Chane-Alune, Pierre Eyben et Quentin Le Bussy pour le groupe Vert Ardent

Interpellation pour le conseil communal du 3 février 2020

 

Facebooktwitter