M. le Bourgmestre,

Il y a plusieurs mois de grands travaux ont été entrepris dans le quartier de la Bonne femme, visant à fluidifier et sécuriser le trafic de et vers le Longdoz (rue Grétry), Grivegnée (rues Haute-Wez et Billy) et Amercoeur (rue du Beau Mur).

Ces aménagements longtemps attendus ont ainsi que l’ouverture de l’École Fondamentale Communale du Beau-Mur ont contribué à commencer à rendre la vie dans le quartier à la fois plus paisible (ralentissement de la circulation) et plus… animée, dans le bon sens du terme, puisqu’une vie de quartier se développe à l’ombre de tout établissement d’enseignement.

Il subsiste néanmoins deux difficultés importantes qui ne sont à ce jour pas pris en compte dans le quartier de la Bonne Femme, quartier qui a parfois du mal à se faire entendre car situé aux confins de Grivegnée, du Longdoz, d’Amercoeur et des Vennes, et fournissant par ailleurs un accès au site de la Chartreuse via le Bois des Oblats.

Ces deux problématiques empoisonnent néanmoins la vie quotidienne des habitants :

  • Dépôts sauvages

Comme de nombreux quartiers de Liège, les dépôts sauvages de détritus est vraiment pénalisante pour les riverains. Des actions de sensibilisation en porte-à-porte et/ou toute-boîtes ainsi que via l’école ne seraient-elles pas envisageables, car on connaît le caractère très “prescripteurs” des enfants à l’égard de leurs parents.

Il faudrait évidemment l’assortir ou la faire suivre d’un volet… sanction pour les indécrottables récidivistes. Les abords des Oblats, aussi bien par l’entrée Ferrer-Soubre que par l’église St Lambert, sont évidemment des points critiques même si tout le quartier est touché par ces problèmes.

  • Circulation

Le trafic routier et le parking posent toujours également problème. La vitesse tend à se réduire depuis l’installation du nouveau carrefour mais les vitesses excessives restent courantes, surtout en provenance du la rue Basse-Wez, où les véhicules filent droit et prennent de la vitesse.

La rue étant de toute façon soumise à des difficultés à cause du parcage alterné chaque 1er et 16 du mois, le plus simple ne serait-il pas de supprimer cette alternance et de fonctionner en îlots pour ralentir la vitesse ET optimiser les places riverains ?

Ces “places riverains” à créer sont un autre versant du problème, le quartier étant envahi chaque matin de voitures-ventouses, servant de ce fait de parking de délestage au centre-ville, car facilement accessible par les lignes hautement cadencées 29-33-35.

J’ai évoqué ce type de difficulté en commission et en séance du conseil lors du débat sur les “scan-cars” et les effets pernicieux de débordement. Pour faire simple : tant qu’à réétudier le quartier, pourquoi ne pas supprimer purement et simplement le stationnement alterné de manière non seulement freiner le trafic au moyen de chicanes (tracé moins rectiligne) mais aussi à optimiser le parking riverain (en évitant entrées de garages, espaces résiduels perdus, etc…) ?

Question écrite de Laura Goffart et Quentin le Bussy pour Vert Ardent

 

Facebooktwitter