M. le Bourgmestre,

Les travaux du tram et les encombrements qui en sont la conséquence entraîne – et c’est une conséquence infiniment heureuse – un report modal notamment sur le vélo, moyen rapide, silencieux, pratique et plus concurrentiel que jamais pour les trajets intra urbains et menant au centre depuis la (proche) périphérie.

Ce “cyclo-enthousiasme” est visible à l’oeil nu chaque matin sur les chaussées, les rares pistes cyclables, les Ravel et il doit être soutenu. Un des conséquences de cette vague de deux roues est l’engorgement complet du bien connu “Point Vélo” aux Guillemins.

En effet pour les interventions techniques, le temps d’attente y est passé de quelques heures ou jours à plusieurs semaines tant la demande est désormais forte ! Comme partenaire du projet, la Ville ne pourrait-elle pas intervenir pour débloquer la situation et élargir les services en collaboration positive avec pro Vélo ?

Qu’il s’agisse de crédit pour engagements, de facilités ponctuelles (personnels détachés temporairement, locaux mis à disposition à titre précaire) pour offrir un service aussi qualitatif que d’habitude dans des délais raisonnables, avec pour objectif final de ne freiner aucun “vélotafeur” potentiel?

Aujourd’hui l’enjeu est moins d’informer ou d’encourager… que d’assumer et gérer le succès du transport à deux roues. La demande est là, c’est le moment d’adapter l’offre au changement de mode.

Dans quelle mesure la Ville peut-elle intervenir pour soutenir ce point de service bien connu des liégeois sur base des suggestions formulées ci-dessus ?

Merci d’avance pour vos réponses

Quentin le Bussy, Elena Chane-Alune et Véronique Dembour pour Vert Ardent

Interpellation au Conseil Communal de Liège du 25 novembre 2019

 

Facebooktwitter