Monsieur le Bourgmestre, Monsieur l’Échevin Léonard,

La passerelle “cyclo-piétonne” qui relie l’impasse Macors et la rue du Baneux à la Place Vivegnis était plus qu’attendue par les habitants du quartier.

Cependant, les premières impressions étaient quelque peu mitigées, tout d’abord en raison de ses abords impraticables pour les cyclistes : des graviers à l’entrée et à la sortie et des bordures trop hautes, problèmes qui sont en passe d’être résolus par les récents travaux, mais également en raison de l’absence d’éclairage public des abords, de murets dangereux pour les enfants, du cheminement cyclo-pédestre encore manquant jusqu’à la gare d’Herstal, mais surtout la conception de la passerelle elle-même, avec ses lattes en bois trop espacées et qui constituent un risque de blocage pour les roues des vélos.

À la surprise générale, la Ville a apposé la semaine dernière un panneau obligeant les cyclistes à mettre pied à terre sur la passerelle et a ensuite communiqué sur son caractère temporaire bien que ce dernier y soit fixé.

La présence de ce panneau enlève totalement le caractère cyclable de cet aménagement, qui a toujours été présenté comme une passerelle conçue pour les piétons ET les cyclistes et qui fut vendue comme telle aux habitants.

L’objectif à atteindre est bien d’avoir au final un aménagement piétons et cyclable permettant une circulation sécurisée et respectueuse de tous les usagers : ne pas rouler trop vite, prendre garde à soi et aux autres usagers, notamment les plus faibles que soi.

Nos questions sont donc les suivantes :

  • Est-ce que des travaux sont prévus afin de régler les problèmes suivants : éclairage public des abords, protection des murets, lattes trop espacées pour les cyclistes, et si oui avec quelle échéance ?
  • Combien de temps estimez-vous que le panneau temporaire restera accroché sur la passerelle obligeant les cyclistes à mettre pied à terre?

En vous remerciant d’avance pour vos réponses.

Eléna Chane-Alune, Véronique Dembour et Quentin Le Bussy pour Vert Ardent

Question écrite du 27 janvier 2020 pour le Conseil Communal de Liège 

 

Facebooktwitter