M. le Bourgmestre,

Nous souhaitons attirer votre attention sur une situation préoccupante en termes de sécurité routière, qui sont malheureusement nombreuses dans notre ville c’est pourquoi les signalements sont donc bienvenus surtout s’agissant d’usagers faibles, en l’occurrence de jeunes piétons.

Nous souhaitons vous parler de la situation à l’entrée du Collège des Dames de l’Instruction Chrétienne, plus connu sous le nom de “DIC Collège”, situé rue Sur la Fontaine.

L’entrée de cette école secondaire se fait par une porte située dans le prolongement de la rue des Urbanistes, récemment rénovée. Chaque jour, pas moins de 800 élèves de 12 à 18 ans traversent dans les deux sens le trottoir de la rue sur la Fontaine vers le trottoir de la rue des Urbanistes pour rejoindre l’école ou les arrêts de bus du centre-ville ou des Grands Boulevards.

Les enseignants sont assez dépités et s’attendent à ce qu’un jour ou l’autre un jeune se fasse renversé par un.e automobiliste inattentif ou roulant trop vite. On ne pourra jamais rien contre la fatalité mais réduire le risque est néanmoins possible avec des équipements adaptés. Une analyse de la situation serait-elle possible pour envisager les solutions, pour les piétons mais aussi les cyclistes de plus en plus nombreux tant parmi les élèves que chez les enseignants (et c’est heureux vu la congestion en heure de pointe) ?

Par ailleurs les trottoirs de la rue Sur la Fontaine sont particulièrement étroits et assez insécurisants. Tant qu’à étudier la mobilité et la sécurité dans la rue ne serait-il pas utile de les réétudier, sachant que la circulation automobile n’en est déjà plus la priorité comme en témoignent le revêtement rouge et la surélévation à l’entrée de la rue. Les plots en bois pourraient sans difficulté laisser la place à un trottoir élargi…

Mes questions sont les suivantes :

  • Un équipement de la zone est-il déjà budgété/à l’ordre du jour ?
  • À défaut la cellule de signalisation pourrait-elle se saisir de l’affaire sans tarder (je peux évidemment l’évoquer oralement lors d’une prochaine Commission) ?
  • Une étude globale autour de la rue peut elle être mise en chantier ?

Bien à vous

Quentin le Bussy et Caroline Saal pour Vert Ardent

Question écrite du 15 novembre 2019

 

Facebooktwitter