Nous saluons la mise en sens unique de la rue Charlemagne. En plus, le hasard semble bien faire les choses, puisque le Collège a pris cette décision juste avant une importante réunion publique à Jupille.

Les faits sont les suivants : La présence de plusieurs écoles, rend la circulation à double sens dans la rue Charlemagne très dangereuse pour les piétons, celle-ci étant trop étroite pour que les voitures se croisent sans monter sur le trottoir.

La mise en sens unique est une demande qui figurait notamment dans une question écrite que nous vous avons récemment adressée avec mon collègue Quentin Le Bussy. J’avais également en commission interrogé Monsieur Léonard sur le sujet. Mais pour qu’elle soit demain positive cette décision devrait s’accompagner d’autres.

  • La première c’est la transparence.

En l’occurrence cette décision fait suite à une enquête organisée par la police à l’été 2019.  Si nous estimons qu’une consultation non précédée d’une séance d’information pour expliquer les enjeux conduit inévitablement à certains biais, il nous semble essentiel afin que la population la valide que soit rendu public le résultat de cette consultation. Qui a été consulté ? Combien d’habitants ont répondu. Quel est le pourcentage d’avis favorables ?

  • La deuxième c’est d’éviter une “guerre” entre les différentes rues du quartier.

Soulager la rue Charlemagne aux dépends des rues adjacentes n’est pas une solution. Il est donc essentiel que la mise à sens unique s’accompagne de solutions pour désengorger le quartier de la circulation automobile liée aux écoles.  J’ai proposé l’idée d’un “kiss and ride” rue de Visé au pied du Thier du bac qui selon le PIC va être rénové. Vous avez, et je m’en réjouis, validé publiquement cette proposition. Il semble essentiel que la rénovation du Thier et la création de ce “kiss and ride” (et si possible l’ajout d’arrêts de bus en face du Thier) soit rapidement mise en oeuvre.

De même, organiser une discussion avec les directions des écoles semble essentiel, et je formule notamment deux propositions à mettre en oeuvre avec elles :

  1. Que soit mis en place un “pédibus” depuis la rue de Visé (ce qui rassurera certains parents) ;
  2. Que l’infrastructure vélo soit améliorée :

Il n’y a aujourd’hui aucun parking vélo sur les écoles, et aucune piste cyclable y menant. Je pense d’une part que la mise à sens unique de la rue Charlemagne (et demain la réfection de la rue de Visé) ouvre la voie à des pistes cyclables, et d’autre part que des espaces existent pour placer minimum un box vélo sécurisé à proximité de chaque école ou à défaut des arceaux vélo en suffisance.

Pour rappel votre DPR affirme ceci : “Nous souhaitons offrir aux usagers l’assurance de stationner en toute sécurité leur “deux roues” tant à leur domicile qu’à leur destination avec un focus sur les zones proches des services publics, des écoles, des lieux dédiés au sport” mais également “(nous voulons) développer des plans de déplacement scolaire afin de favoriser l’accès aux écoles à vélo, à pied ou en transport en commun” Environ 2000 enfants sont conduit chaque jour dans ces écoles, voici un parfait exemple pour mettre ceci en pratique.

Enfin, quand bien même les autorités publiques mettraient-elles en place des alternatives avec la collaboration des établissements scolaires, il restera toujours des récalcitrants prêts à déposer leurs enfants en voiture dans la classe s’ils le pouvaient ou à se garer sur les trottoirs un peu partout au mépris de la sécurité et des riverains. Il semble donc essentiel de prévoir lors de la mise en sens unique 1-2 semaine de prévention au cours desquelles les policiers avertiront systématiquement des alternatives, puis une politique de contravention systématique pour les récalcitrants.

Pierre Eyben pour Vert Ardent

Intervention au Conseil Communal de Liège du 12 mars 2020

 

Facebooktwitter